La Leçon de piano

The Piano

Jane Campion

  • 1993
  • 02 : 00
  • Couleurs
  • numérique 2K
Holly Hunter, Harvey Keitel, Sam Neill, Anna Paquin

La Nouvelle Zélande, en 1852. Venue d’Ecosse, une jeune femme muette, accompagnée de sa petite fille, débarque pour se remarier avec un colon. Celui-ci accepte d'emmener tous ses biens au fin fond du bush, à l'exception du plus précieux : un piano, qui échoue chez un voisin illettré. Pour le récupérer, elle doit se plier à toutes les fantaisies de ce dernier.

La Palme d’Or du Festival de Cannes récompensa cette histoire d’une folle passion entre deux proscrits. Alors qu’ils sont murés dans le silence ou la solitude, le piano devient pour eux l’interprète des sentiments et un trait d’union sensuel et érotique. Tant par les décors (paysages noyés dans les brumes, forêts du bush battues par la pluie) que par la véhémence du sentiment et du désir suivis au risque de la mort, la cinéaste évoque les charmes étranges du romantisme fiévreux des sœurs Brontë ou de Mary Shelley, parfaitement en osmose avec les effluves de la partition –un chef-d’œuvre– de Michael Nyman. Pour ce rôle magnifique d’une femme de tête qui s’affranchit sous l’empire du désir, Holly Hunter obtint le Prix d’interprétation à Cannes et l’Oscar de la meilleure Actrice. Quant à Harvey Keitel, tatoué des pieds à la tête, massif et laconique, sa présence exceptionnelle lui permet d’incarner idéalement, presque sans l’aide du discours, l’alliance de la sauvagerie (sans connotation péjorative) et du sentiment.