LA SERVANTE

Hanyo

Kim Ki-young

  • 1960
  • 01 : 50
  • Couleurs
  • numérique 2K
Lee Eun-shim, Kim Jin-kyu, Ju Jeung-nyeo, Eon Aeng-ran

Une famille vient d’emménager dans une grande maison neuve. Le père enseigne la musique dans une usine pour femmes. Afin de soulager son épouse souffrante, il accepte d’accueillir une servante recommandée par une jeune ouvrière à qui il donne des cours particuliers de piano et qui ne le laisse pas indifférent. Adoptant un comportement ambigu, la nouvelle venue s’amuse à espionner les conversations ou à effrayer les enfants. Lorsqu’elle entame une liaison avec le père, le foyer tombe lentement sous l’emprise de la servante…

Grâce à la restauration numérique menée par le Korean Film Archive (KOFA) avec le soutien de la World Cinema Foundation, le “Citizen Kane du cinéma coréen” (Bong Joon-ho), tourné en 1960 revient en version restaurée et copie neuve à la Filmothèque (qui avait présenté en 2008 une rétrospective “Grands Classiques du Cinéma coréen” en 60 films).

“Pour un Occidental, écrit Jean-Michel Frodon, la découverte d’un film comme La Servante, plus de 40 ans après, offre un sentiment merveilleux. Merveilleux non seulement parce qu’on découvre un extraordinaire faiseur d’images en la personne de Kim Ki-young, à la fois auteur et réalisateur, mais aussi parce qu’il s’agit d’une oeuvre absolument imprévisible. Luis Buñuel possédait donc un frère coréen ! […] Ce qui rend La Servante si stupéfiant réside dans l’intensité de la passion entre le compositeur et sa servante, les mécanismes visibles du triangle amoureux composé par le mari, la femme et la maîtresse, et la possibilité, à tout moment, que ce triangle soit perturbé, voire explose, à cause de la longueur inhabituelle d’un plan, ou de l’utilisation pop art des objets du quotidien, ou encore de la présence intrusive du corps féminin…”

blue

Salle Audrey

Vendredi
16 H 50