Orange mécanique

A Clockwork Orange

Stanley Kubrick

  • 1971
  • 02 : 16
  • Couleurs
  • numérique 2K
Malcom McDowell, Michael Bates, Patrick Magee

En Angleterre, dans un futur proche, un jeune délinquant adepte de Beethoven, de sexe et de violence, traîne avec sa bande, qui entre deux « Molokos », une drogue à base de lait, affronte des bandes rivales, viole et passe à tabac.

Kubrick invite à une réflexion sur la brutalité naturelle de l’homme, qui fit scandale par sa représentation réaliste de la violence, mais dépeint aussi l’instauration d’une société totalitaire, fascisante, par le biais de l’exploitation de la répression des individus déviants. « Bien qu’un certain degré d’hypocrisie existe à ce propos, chacun est fasciné par la violence. Après tout, l’homme est le tueur le plus dénué de remords qui ait jamais parcouru la terre. L’attrait qu’elle exerce sur nous révèle, en partie, qu’en notre subconscient nous sommes très peu différents de nos primitifs ancêtres » (SK).

Dans le même événement

STANLEY KUBRICK