UNE FEMME DONT ON PARLE

Uwasa No Onna

Kenji Mizoguchi

  • 1954
  • 01 : 24
  • Noir et blanc
  • numérique 2K
Kinuyo Tanaka, Tomoemon Otani, Yoshiko Kuga

Dans un quartier chaud de Kyoto, Hatsuko dirige une maison de geishas. Sa fille, Yukiko, étudie la musique à Tokyo. Celle-ci tente de se suicider après un échec sentimental. Sa mère décide de la reprendre chez elle bien que sa fille déplore son métier. Yukiko tombe amoureuse du médecin qui la soigne, ignorant qu'il est l'amant de sa mère…

« Prenez Ophuls et Lang, et vous aurez Mizoguchi : la souffrance féminine enserrée dans un étau. Comme le sceau de la douleur, un coin triangulaire s’enfonce dans l’image, coupant toute échappée ; cette géométrie du désespoir dessine un destin. Mizoguchi traite, dans ce film, d’une situation racinienne : les tourments d’une femme amoureuse d’un homme plus jeune qu’elle, qui se met à regarder sa fille. Rien de théorique dans cette mise en scène frémissante et tendue, fluide et acérée, subtile et impérieuse. Chez Mizoguchi, le souci de vérité n’entrave pas l’imagination. Sans juger ses personnages, le cinéaste exacerbe leurs rapports. Clarté et intensité conjuguent leurs pouvoirs. » Philippe Roger, Télérama

« Connu pour une scène fameuse où une paire de ciseaux se transforme en arme blanche, ce Mizoguchi dernière époque, à la virtuosité sèche et sans fioritures, est un chef-d’œuvre imparable et cinglant. Du très grand Mizoguchi à voir et à revoir sans modération pour vérifier encore et encore que c’est quand même lui le plus grand. » Claude Rieffe, À voir à lire

Fermerchargement des images