Vérités et mensonges

F for Fake

Orson Welles

  • 1973
  • 01 : 25
  • Couleurs
  • 35 mm
Orson Welles, Joseph Cotten, Oja Kodar, Elmyr de Hory, François Reichenbach, Laurence Harvey, Clifford Irving, Edith Irving, Nina Van Pallandt, Jean-Pierre Aumont

Déguisé en prestidigitateur, Orson Welles déclare, sur un quai de gare, face à la caméra de François Reichenbach, qu'il va dire toute la vérité sur Elmyr de Hory, l'un des plus grands faussaires au monde, dont les œuvres, de Braque à Kees Van Dongen en passant par Picasso, Matisse ou Modigliani, ont trompé les meilleurs experts. Mais où finit le vrai et où commence le faux ?

Un film essai d'Orson Welles sur "le délicieux mensonge" de l'oeuvre d'art, une variation sur les rapports du créateur avec sa création et toute la vérité sur un des plus grands faussaires, Elmyr de Hory.

« Vérités et mensonges, son avant-dernier film, ne parle que de ça : de vrais faussaires, de faux-semblants, de mensonges vrais et de vérités tronquées.
S'il y a mensonge de l'art, il y a aussi, à coup sûr, art du mensonge. On se perd dans les entrelacs d'un montage brillantissime. Certains documents ont été tournés par Welles lui-même, d'autres proviennent d'un documentaire télévisé de François Reichenbach sur les faussaires. L'effet est vertigineux. On ne sait plus où est le vrai, où est le faux. D'autant qu'Orson Welles, dans une dernière pirouette, brouille encore les pistes. » (Isabelle Danel, Télérama)

« Qu'il déguste un homard, qu'il parle de l'écroulement des civilisations devant la cathédrale de Chartres, ou qu'il fasse des tours de prestidigitation, Orson Welles reste égal à lui-même en dressant, avec humour, son testament, marqué par un secret désespoir... » (Télérama)

blue

Salle Audrey

Vendredi
17 H 50