PLUIE NOIRE de Shōhei Imamura (restauration)

Réédition

Du 29 Juillet au 29 Septembre

PLUIE NOIRE de Shōhei Imamura (restauration)
75 ans après Hiroshima, réédition en version restaurée de PLUIE NOIRE de Shōhei Imamura , d’après le roman de Masuji Ibuse. Cette réédition d’un des plus grands films du cinéaste sera accompagnée par une rétrospective de cinéma japonais du 5 août au 1er septembre, avec des oeuvres de Misoguchi, Kurosawa, Naruse, Oshima, Kitano, Shindo, Gosha et bien sur Imamura lui-même.
Hiroshima – 6 Août 1945. La vie suit son cours, comme tous les jours. Un terrible éclair déchire le ciel. Suivi d’un souffle terrifiant. Et l’Enfer se déchaîne. Des corps mutilés et fantomatiques se déplacent parmi les amas de ruines. Au même moment, Yasuko faisait route sur son bateau, vers la maison de son oncle. Une pluie noire s’est alors abattue sur les passagers. Ils ne savaient pas, ils ne savaient rien… Quelques années plus tard, les irradiés sont devenus des parias dans le Japon d’après-guerre…
Retranscription saisissante de l’apocalypse nucléaire et chronique familiale des survivants, ce chef-d’œuvre célébré autant dans son pays qu’à l’étranger (Prix du jury oecuménique et Prix de la commission supérieure technique au Festival de Cannes 1989) est la mémoire cinématographique de la catastrophe d’Hiroshima.
« Sous l’éclair de feu et la pluie d’encre se suspend à jamais le temps dévasté des survivants. Imamura et les fantômes d’Hiroshima. »  Télérama
« Un magistral chant funèbre et une œuvre à la révolte sourde, portée par le refus obstiné du cinéaste de céder aux mensonges arrangeants de l’Histoire officielle. » Xavier Leherpeur, La Septième Obsession
 
« Le cinéaste lyrique de  » la Ballade de Narayama  » a regardé du côté d’Ozu pour filmer le plus difficile des sujets. Non pas le drame d’Hiroshima, même s’il est évoqué, mais la peur collective d’une mort annoncée. » Le Monde
Bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=xow0YjLXe2Q