Fond de couleur
Le Jour se lève

Le Jour se lève

Marcel Carné

  • 1939
  • 01:25
  • numérique 2K
Jean Gabin, Jules Berry, Jacqueline Laurent, Arletty

Dans un modeste immeuble d’une triste banlieue parisienne, un ouvrier sableur, François, se remémore les circonstances qui l’ont progressivement entraîné à tuer, dans un moment de colère, un ‘‘sale individu’’, tandis que la police assiège sa chambre dans laquelle il s’est retranché après son crime…

Cinquième long métrage d’un jeune critique de cinéma, qui – après avoir signé à l’âge de vingt ans un court métrage documentaire, Nogent, Eldorado du dimanche – est passé, à vingt cinq ans, à la réalisation grâce à l’amitié de Jacques Feyder, dont il avait été l’assistant, Le Jour se lève, écrit, comme trois des quatre précédents, avec la complicité de Jacques Prévert, s’inscrit dans le courant du "réalisme poétique". Il parachève en outre le « mythe Gabin » auquel, après Julien Duvivier, Jean Grémillon et Jean Renoir, le cinéaste avait contribué, avec Le Quai des brumes, l’année précédente.
Alain Garel

Cette semaine

Salle Marilyn

  • Mercredi 11
    • 13H30

Événements liés

  • JEAN GABIN, LES INCONTOURNABLES

    JEAN GABIN, LES INCONTOURNABLES

    Rétrospective

    du 27 avril au 17 mai
Fermer