Fond de couleur
Contre-Plongée : Alberto Express d’Arthur Joffé, en sa présence

Contre-Plongée : Alberto Express d’Arthur Joffé, en sa présence

Ciné-Club Contre-Plongée
Évènement
Soirée Cinéma

le 30 mai à 19H00

Jeudi 30 avril à 19h, le ciné-club Contre Plongée vous invite à une projection d'Aberto Express en présence de son réalisateur Arthur Joffé ! La séance sera animée par Yves Khachan.  🎥

🚂 Après l’ambitieuse aventure de Harem, son premier long-métrage, le réalisateur Arthur Joffé propose avec Alberto Express une exaltante relecture de la comédie à l’italienne. L’acteur Sergio Castellitto (Va savoirLe Sourire de ma mère) se lance à vive allure et avec une fougue délirante sur la voie de son destin, comme pour contrer une malédiction insaisissable. Mélange rare d’audace et de fantaisie, à mi-chemin du réalisme et de l’absurde, Alberto Express est une fable onirique, dont la logique folle rappelle celle des cartoons. 

 

"Il est venu le temps pour Alberto de quitter le train train familial.. en tout cas son foyer italien. Son père le convoque, et durant un jour et une nuit, il lui facture tout ce qu'Alberto lui a coûté. Alberto doit rembourser son père, sous peine de connaître un drame. Mais ça va, il a le temps, rien ne presse, la dette ne doit être remboursée qu'à la naissance de son enfant. Alberto se réveille, vieilli, cerné. Ce n'est pas un rêve, mais un souvenir qui lui est apparu. Il regarde près son épouse. Elle est enceinte. Mais lui n'a pas remboursé sa dette. Alors, il prend le train pour Rome et va chez son père, se disant qu'il a la nuit pour trouver la thunes. Son épouse, restée à Paris, va se réveiller, appeler un taxi et se diriger vers l'hôpital. Aïe aïe aïe Alberto pourquoi as-tu attendu le dernier moment pour récupérer l'argent ? Alberto va devenir un sale voyou, un pillard malhonnête.

C'est à partir de ce moment qu' Alberto Express va nous emporter dans une nuit de torrents oniriques et surréels, faits d'angoisses paternels, de souvenirs, de rencontres grotesques et d'adrénaline. Arthur Joffé s'amuse en mettant Eraserhead dans L'Orient Express, dans cette esthétique si propre au cinéma françia des années 90." Yves Khachan, Contre Plongée

Collatéral
La Filmothèque présente Collatéral En savoir plus
Fermer